25 novembre 2014

Keeping Mum…!

Secrets_de_famille-21180516112006Pour les longues soirées d’hivers Secrets de famille est un petit bijoux d’humour anglais à voir et à revoir.   Avec Kristin Scott Thomas et Maggie Smith dont je suis totalement fan… !

secrets_de_famille_keeping_mum_2005_portrait_w858Le révérend est tellement occupé à écrire ses sermons et à gérer la paroisse de son joli petit village anglais qu'il ne s'aperçoit même pas que sa femme, Gloria, est sur le point de céder aux avances de son professeur de golf. L'arrivée de Grace, la nouvelle gouvernante, va tout changer. Cette délicieuse vieille dame a une façon aussi efficace que définitive de régler les problèmes. Evidemment, cela peut faire quelques victimes... Voir la Bande annonce

Elle a bon dos…!

Uchiwa-for-Hay-in-Milan_dezeen_5Et tout pour me plaire  “Uchiwa”  est inspirée par les éventails traditionnels japonais…

C’est une “lounge chair” accueillante et apaisante pour une petite pause hors de l’agitation quotidienne.

Imaginée par le tandem Anglos-Indien Doshy Levien et éditée par le Danois Hay

1-Uchiwa-for-Hay-in-Milan_dezeen_1ban

16 jours pour peindre le monde en orange…!

peindre le monde en orangeJournée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes…

Cette année, la campagne du Secrétaire général « Tous UNiS pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes » nous vous invite à « Oranger votre quartier » dans les rues, les magasins et les commerces près de chez vous du 25 novembre au 10 décembre. Rendez visite à vos proches voisins, aux magasins près de chez vous, aux magasins d’alimentation situés au coin de votre rue, aux salons de coiffure, aux librairies et aux bureaux de poste. Projetez des lumières orange et accrochez des drapeaux oranges dans les monuments locaux, « colorez d’orange» votre supermarché local, les écoles, les évènements sportifs, attachez des rubans oranges là où cela est permis.

22 novembre 2014

Mon réveil matin…!

rue de la lune paris002

70% acrylique / 30% laine

ACRYLIQUE LAINE VIOLA DI GRADO

Viola Di Grado, 23 ans, est née à Catane en Sicile. Elle a étudié les langues orientales à Turin. Son premier roman 70% acrylique 30% laine a obtenu le prestigieux prix Campiello Opera prima.

Camelia et sa mère vivent en Angleterre, à Leeds, lieu hostile, figé dans un éternel hiver. Depuis la mort brutale du père, les deux femmes se sont enfermées dans un mutisme absolu, ne communiquant que par un alphabet de regards. Coupées du monde, elles s'adonnent à d'étranges lubies : Camelia récupère dans les poubelles des vêtements neufs qui semblent l'œuvre d'un couturier fou, sur lesquels elle s'acharne, armée de ciseaux, pour les « croiser » avec les siens, créant ainsi d'extravagants hybrides, tandis que sa mère photographie des trous en tout genre. Un jour, Camelia fait la connaissance de Wen, un jeune Chinois qui tient une boutique de vêtements avec son frère cadet, Jimmy. Wen la persuade de recommencer ses études de chinois. Les idéogrammes qu'elle dessine et leurs clefs parviennent miraculeusement à insuffler un peu de beauté dans sa vie : Camelia retrouve ainsi l'usage des mots, le goût du sens, et l'amour. Roman coup de poing, cynique, drôle et noir, servi par une écriture neuve, incisive et poétique, qui décrit efficacement la rébellion de la narratrice et son instinct effréné de survie.

viola-di-grado1Extrait : Je pris l’habitude de sortir habillée des tenues de la poubelle… J’arborais dans les rues leur dissymétrie obscène, leurs manche sur les fesses, leurs boutons sous les aisselles. Et puis des boutons à trajectoire irrégulière qui culminaient dans un creux embarrassant du corps, sans compte les pull-over sexy taille poupon et les pantalons à trois jambes. Grace à ces vêtements, je me sentais parfaitement à l’aise. De toute façon, je n’allais qu’au supermarché ou au cimetière guillotiner les fleurs… Je saisis la robe aux manches disparates et, dans un élan de créativité sadique, en amputai une aux ciseaux. Je divisai la jupe en deux et cousis la partie découpée sur une autre robe, en biais, comme une ceinture de sécurité. Je continuai pendant des heures, avec une jouissance effrénée, à fendre les pantalons, mutiler les poches, échanger les boutons, monter de petits cols laids sur des vêtements encore plus laids. Puis la laideur se fit foudroyante, parfaite, et le contenues de la poubelle ne suffirent plus : il fallait que je greffe des morceaux de tissu découpés dans les vêtements de mon armoire…

Calvin Russell-Paul PersonneBehind the 8 Ball-(Live 2007). .avi.mp4

21 novembre 2014

003Un mois d’absence est  de nombreux  petits commerces ont vu le jour dans mon quartier… Au bout de ma rue une petite épicerie vient d’ouvrir. C’est ce que j’apprécie depuis mon installation à Paris, ne plus jamais faire mes courses dans des grands centres commerciaux, mais dans des petits commerces comme cette petite épicerie toute simple…!

004Et du côté de la rue de Rivoli, La Samaritaine derrière sa jolie palissade, continue de se faire une nouvelle beauté. “Une fresque artistique habille depuis le 20 septembre la palissade du chantier de la Samaritaine rue de Rivoli et rue de la Monnaie. Déroulée sur 80 mètres de linéaire, cette scénographie imaginée par le dessinateur Charles Berbérian replace la Samaritaine dans la vie parisienne et parmi les lieux et monuments emblématiques de la capitale. Une façon pour la Samaritaine d’offrir, en attendant la reprise des travaux, un décor plus riant au parcours des promeneurs et au cadre de vie des riverains.”

19 novembre 2014

Stop aux violences envers les femmes handicapées


L'Association "Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir” a besoin de Votre soutien solidaire.
Il  manque 500 voix encore pour gagner le concours de la fondation Kronenbourg auquel participe l’ association avec son projet ECOUTE VIOLENCE FEMMES HANDICAPEES.
Votez pour ce projet et faites voter tous vos contacts avant le 23 novembre : lien pour voter pour FDFA
Un enjeu de 15 000 euros pour l’association.
le 15/10/2014 - 1073 votes | Classement : 2/18


L’association Femmes pour le dire – Femmes pour agir ouvrira avec le soutien de la Fondation la première permanence d’écoute et d’accompagnement dédiée aux femmes handicapées victimes de violences.

Une femme sur 10 est victime de violences conjugales. Tous les 2 jours et demi, une femme décède sous les coups de son compagnon. Vous le saviez peut-être déjà. Mais savez-vous que 80 % des femmes handicapées sont victimes de violences ? Que le handicap augmente le risque de violences envers les femmes ? Que ces violences peuvent causer des handicaps permanents ?





De ma fenêtre ...

IMG_20141119_173440undefined



Paris - Mercredi 18:00 - Temps clair - 8°C | °F

18 novembre 2014

Monsieur est mort…

Quand survient la mort du père, est-ce le temps de la fin des secrets et du pardon ? Ou bien celui de la culpabilité ?

A la mort de son père, Vincent quitte l'Inde ou il vit depuis quinze ans pour revenir à Paris. Telle une bombe à retardement, cette disparition fait resurgir du passé des traumatismes enfouis.
Ce retour sera-t-il le déclencheur pour que se brisent enfin les tabous, que soient dévoilés les secrets et les non-dits familiaux ?
Un roman sur la culpabilité, le pardon et le pouvoir de destruction du silence.

Extraits : Quinze ans plus tôt, j’avais quitté Paris en pensant ne plus jamais y revenir. Trop de souvenirs. Les pires ayant pris le dessus sur les meilleurs. J’ai fui, en laissant tout derrière moi, pour tenter d’oublier et de ne pas mourir. Je m’interdis la nostalgie, je suis un être de l’instant. Ma vie commence à chaque aube nouvelle et se termine chaque soir.  Je ne possède rien, ne suis attaché à personne. Je vis la vie d’un moine démuni de sacrement. De mon passé, je ne me souviens de rien. Ma mémoire s’est éteinte lentement, après une guerre acharnée. J’ai coupé, un à un, tous les fils qui menaient à mes souvenirs. Avec les années, j’ai construit un barrage solide autour de ma mémoire délirante et envahissante qui, autrefois, retenait le moindre détail. Il suffisait que je fixe mon attention quelques minutes sur un instant, même anodin, pour que son souvenir s’imprime en moi comme un tatouage indélébile…

Je me noyais dans les eaux troubles du souvenir. Mon père était mort, le mur sur lequel je m’étais brisé venait de s’écrouler. je retournai dans ma chambre. Je ne sais pas combien de temps je suis resté là. Les bougies consumées s’étaient éteintes. Tout semblait immobile comme si plus rien ne se passait. Le temps face à la mort avait perdu. A genoux sur le sol en position de prière, la sensation du marbre froid était si proche de la froideur des bras de ma mère que je fondit en larmes, dévasté par tout cet amour déchu…

Monsieur est mort – Karine SILLA  – Plon

AZEALIA BANKS - 212 FT. LAZY JAY

Que pour les enfants…

05_1

NICETHINGSMINI7VENT DU PÉROU AVEC NICE THINGS MINI

Pour qui ? Pour les filles de 2 à 12 ans

Trois thèmes cet hiver : “Bons Baisers du Pérou” promène Nicy dans les Andes, vêtue d’imprimés colorés tout droit issus des clichés péruviens les plus joyeux. “Un week-end très British”s’inspire des traditions britanniques, en jaune foncé, brun ou vert. “Carrelage bleu” explore les combinaisons infinies des motifs en céramique, ainsi que des découpages et des collages, dans un camaïeu de bleu, de vert de jade et de tons plus neutres…

Plus d’info :   www.nicethingspalomas.com


FRANKYGROW3

 

FRANKY GROW

Pour qui ? Les filles et les garçons de 18 mois à 8 ans

Cette saison, le label japonais a imaginé un thème “Mori Pop”, c’est à dire “Forêt Pop”. Comme chaque saison, les imprimés originaux aux nuances pop à la Franky Grow font recette : pois dessinés à la main ou motifs imitation bois, réalisés par Yui Taniguchi, illustratrice japonaise et Parisienne d’adoption. On adore le superbe jacquard pied de poule. Nos petits sylvestres seront émerveillés par cet univers chaleureux et unique.

Plus d’infos, frankygrow.com

16 novembre 2014

No stress…

chat

20141116_1249541526305_749880911732165_7476820927318201967_n

La Bonne Pratique des 5 Tibétains - Jean-Louis Abrassart

J’ai profité de cette journée pluvieuse pour me plonger dans ce livre. La première série d’exercices s’intitule “dénouer les nœuds” aussi appelé les 7 anti-stress. C’est un enchainement court qui permet en quelques minutes de se débarrasser des tensions et de remobiliser son énergie… En feuilletant le livre, je m’aperçois que cela répond aux conseils de mon ORL pour gérer mon état vertigineux toujours bien présent. Donc mon ORL me conseille de pratiquer un sport comme  le Tai chi ou le karaté. Ce sont des activités qui augmentent notre sensibilité corporelle et améliore notre concentration : sans nous rendre compte, nous perdons beaucoup d’énergie par les yeux en laissant notre attention être captée par tout ce qui nous entoure. La dispersion de notre regard autant que sa focalisation excessive sur stimule notre cerveau et sature d’informations inutiles. Du karaté ou du “Kendo” comme thérapie pourquoi pas ! Affaire à suivre…!

20141116_124744

Source photo chat et chien : http://www.pinterest.com/

12 novembre 2014

Prenez garde à la peinture…!

008

Monsieur Karl…!

KARL

“Si je pouvais être réincarné en un accessoire de mode, ce serait un shopping bag.”

“Je me souviens d'une créatrice qui disait que ses robes n'étaient portées que par des femmes intelligentes. Évidemment, elle a fait faillite.”


Le monde selon Karl
Read more

11 novembre 2014

Quelqu’un pense à moi…!

021
“Se mettre en route, un pas après l’autre, même si les premiers pas sont hésitants, même si on trébuche, même si on se traine. L’important est d’avancer, de se relever quand on est tombé, puis de repartir. Un jour, les pas s’affirmeront, la marche se fera plus aisé et, même si la route à parcourir reste encore longue, du moins en verra-t-on le bout.

Trouvera-t-on une main secourable ? Entendra-t-on un appel encourageant ? Pourra-t-on s’appuyer sur quelqu’un ?  C’est alors qu’on appelle à l’aide, qu’on voudrait pouvoir compter sur une présence affectueuse, sur une solide amitié... La solitude, si nul ne vient la rompre, est écrasante, on s’y enfonce, on en meurt. Nulle guérison ne pourra se produire sans que soit retrouvé au moins un minimum de relations, sans la présence aimante, sympathique, de quelqu’un. Présence indispensable pour que celui ou celle qui se débat dans sa déprime, puisse enfin se sentir revivre et reprendre sa place parmi les autres. Guérir, c’est donc aussi retrouver la possibilité de communiquer à nouveau avec l’entourage, renouer des relations normales, chaleureuses, avec les gens qui composent l'univers familier”.  Jean-François Catalan

Ce billet est dédié à toutes les personnes rencontrées depuis un an sur mon chemin et qui m’ont apporté leur soutien… et  aidé à reprendre pied…

1 octobre 2014

Chat alors…!

mimi2#25
tumblr_m95swhnfb11rd5f1wo1_500  
En photo en haut à gauche: Mimi
Petite chatte Persane née en Turquie.
Elle appartient à ma fille et a une très jolie histoire, que je vous raconterai plus tard.